MASTER Archéologie, sciences pour l'archéologie

Contenus et types d'enseignement

La formation en archéologie donnée par les cinq parcours couvre plusieurs champs disciplinaires qui concernent l''archéologie (égyptologie, histoire et archéologie du Proche-Orient, archéologie greco-romaine, archéologie et histoire de l'art byzantine, préhistoire, protohistoire de l'Europe moyenne, protohistoire égéenne, archéologie du Moyen Âge) et ses méthodes, mais aussi toutes les langues anciennes afférentes, l'histoire, la géographie et la géomorphologie grâce à la mutualisation avec les autres Facultés de l'Unistra.

Connaissances scientifiques à acquérir

La formation en archéologie à l'Université de Strasbourg a comme objectif l'acquisition d'un ensemble de connaissances théoriques concernant l'aire chrono-culturelle choisie par l'étudiant comme domaine spécifique d'étude. Ces connaissance sont très variables selon les zones géographiques et les périodes envisagées par les spécialistes du département d'Archéologie dont voici le détail:
Egyptologie - F. Colin (Professeur) et S. Donnat (MCF)
Histoire et Archéologie de l'Orient ancien - P. Quenet (Professeur) et A.-S. Rendu-Loisel (MCF)
Archéologie grecque - D. Lefèvre-Novaro (Professeur)
Archéologie romaine - J.-Y. Marc (Professeur)
Archéologie byzantine - C. Vanderheyde (MCF)
Antiquités nationales - S. Fichtl (Professeur) et L. Bernard (MCF)
Préhistoire - C. Jeunesse (Professeur)
Archéologie médiévale - J.-J. Schwien (MCF)

 

Description générale du contexte


La mention Archéologie, Sciences de l’archéologie, accueillera désormais cinq parcours.
Les parcours Archéologie des mondes anciens et Archéologie de l'Europe moyenne ont largement consolidé leur position dans le panorama universitaire français, comme en témoigne le nombre d’inscrits provenant d’autres universités françaises et d’universités étrangères (à titre d’exemple, en 2016/17, parmi les inscrits en M1-M2 dans les différents parcours, 10 étudiants provenaient d’Universités étrangères).
Le parcours Architecture et archéologie, qui était auparavant séparé en tant que Master Professionnel, fera désormais partie de cette mention, tout en gardant une autonomie particulière en raison de la co-habilitation avec l’ENSAS.
Le parcours Interdisciplinaire des Mondes de l’Antiquité a été créé en 2016 et vient s’ajouter aux précédents dans une finalité interdisciplinaire plus accentuée qui rencontre l’intérêt d’étudiants ayant déjà un bagage culturel assez conséquent (ouverture vers l’histoire, la philosophie antique, les théologies catholique et protestante, les langues et littératures gréco-romaines).
Enfin le parcours trinational bilingue des Sciences de l'Antiquité (archéologie) permet aux étudiants une plus large ouverture européenne avec la possibilité de suivre des cours dans les universités parténaires allemandes et suisses de la région du Rhin supérieur.
 

Compétences à acquérir

Capacité à mobiliser les principales méthodes disciplinaires pour documenter et interpréter une production artistique et un objet archéologique.
Capacité à mener une recherche originale sur un sujet défini, à répérer la bibliographie, à formuler une problématique et à organiser un plan, à construire et développer une argumentation.
Capacité à mobiliser des concepts issus des disciplines connexes (histoire, anthropologie, lettres, philosophie, sociologie, géomorphologie, palinologie, etc.) pour encadrer les phénomènes archéologiques dans un contexte plus large (social, économique, culturel, etc.) au sein d'une équipe pluridisciplinaire.
Capacité à prendre la parole en public, à présenter de manière pertinente et claire un sujet à l'aide d'un support graphique et audiovisuel adapté.
Capacité à organiser et à prendre en charge la fouille d'un secteur archéologique ou l'étude d'un lot de mobilier.
Capacité à utiliser les méthodes de travail les plus pertinentes pour chaque situation et notamment les logiciels les plus adaptés aux problématiques envisagées (DAO; Photoshop; Filemaker, etc.)
Capacité à organiser des ressources documentaires (bases de données, ressources numériques, archives) ainsi que leurs modalités d'accès.
 
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Connaissances sur les civilisations antiques qui se sont développées sur le pourtour méditerranéen et sur le continent européen à partir de l’étude des données archéologiques, qu’elles soient enfouies ou conservées en élévation, de la Préhistoire au Moyen Âge.
Dans le parcours Archéologie de l'Europe moyenne, le projet proposé forme le cadre pédagogique approprié pour une formation conjointe d'étudiants archéologues et d'étudiants géographes, à travers une mutualisation de certains enseignements et la mise en commun des stages pratiques.

Le parcours s'adressera aux étudiants intéressés par différentes aires chrono-culturelles du bassin méditerranéen et d'Europe tempérée, en mettant à profit à la fois l'activité internationale des géomorphologues strasbourgeois et la diversité des enseignements d'archéologie dont dispose l'Université de Strasbourg. La formation bénéficiera des liens de collaboration déjà acquis, avec les autres universités du Grand-Est (Dijon, Besançon), et des accords scientifiques passés entre l'UMR 7044 et différentes institutions : INRAP (convention en cours) et Centre archéologique européen de Bibracte (convention signée en 2004).

Le master demande une aptitude à appréhender l'ensemble des champs disciplinaires des Sciences de l'Antiquité, et à élaborer un travail de recherche. Il demande également une aptitude à l'échange scientifique dans le cadre d'une recherche et une ouverture aux domaines de la conservation/valorisation du patrimoine. Un exposé oral en séminaire, puis la soutenance d'un mémoire de recherche, et ses prolongements possibles en Doctorat permettront d'en juger.

 

Compétences à acquérir

Capacité à prendre en charge une fouille archéologique, un lot de mobilier à étudier et à conserver ; savoir gérer la conservation et la mise en valeur d’un site archéologique ou d’un lot de mobilier ; savoir organiser une équipe sur le terrain, autant du point de vue matériel qu’administratif ; capacité à élaborer une problématique, à en évaluer la pertinence scientifique, à construire et développer une argumentation ; maîtriser les instruments documentaires et les logiciels.

Contact

Stephan Fichtl

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Le principal objectif de ce parcours est celui de permettre à l'étudiant d'acquérir de plus amples connaissances sur les civilisations antiques qui se sont développées sur le pourtour méditerranéen (Italie, Égypte, bassin égéen, Balkans), au Proche-Orient et en France métropolitaine à partir de l’étude des données archéologiques, de l’histoire et des sources écrites.

Compétences à acquérir


Capacité à prendre en charge une fouille archéologique et/ou un lot de mobilier à étudier et à conserver.
Capacité à gérer la conservation et la mise en valeur d’un site archéologique ou d’un lot de mobilier ;
Capacité à organiser une équipe sur le terrain, autant du point de vue matériel qu’administratif ; c
Capacité à élaborer une problématique, à en évaluer la pertinence scientifique, à construire et développer une argumentation.
Capacité à maîtriser les instruments documentaires et les logiciels afférents.

Contact

Daniela Lefevre

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Permettre aux étudiants d’élargir progressivement leurs connaissances dans deux domaines spécifiques : archéologie et architecture, et d’acquérir des compétences professionnelles notamment en ce qui concerne la gestion d’un chantier de fouille ou d’une campagne de prospection, l’étude et la valorisation d’une collection de mobilier, l’étude de documents complémentaires aux ressources matérielles (sources écrites, iconographiques), la publication et la valorisation d’un site ou d’une collection en vue de l’ouverture au grand public. Ces connaissances et ces compétences font partie du socle commun de la mention qui d’ailleurs est organisée, en ce qui concerne les enseignements, autour de séminaires mutualisés entre les différents parcours. De nombreuses passerelles existent entre les 4 parcours et permettent aux étudiants éventuellement de se réorienter pendant les deux années de Master.

Compétences à acquérir

Capacité à prendre en charge une fouille archéologique pour l’étudier et la conserver; savoir organiser une équipe sur le terrain, autant du point de vue matériel qu’administratif ; maîtriser les instruments administratifs, juridiques et documentaires.

Contact

Jean-Yves Marc

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

La Faculté des Sciences historiques propose deux parcours de master trinational bilingue (en mention Histoire et en mention Archéologie). Ces parcours de master font partie des missions du groupement de recherche du Collegium Beatus Rhenanus (CBR) qui réunit depuis 1997 les antiquisants des quatre universités partenaires (Strasbourg, UHA, Fribourg-en-Brisgau et Bâle) dans le cadre d’Eucor : https://cbr.unibas.ch/fr/ Ces parcours (en Histoire et en Archéologie) sont adossés à l’UMR 7044 Archimède, dont ils constituent un élément stratégique majeur pour la coopération scientifique transfrontalière développée avec les équipes de recherche de Fribourg-en-Brisgau et de Bâle, dans le cadre du CBR.
Tous les étudiants inscrits dans ces parcours doivent participer aux séminaires de recherche du CBR (en M2, présentation du projet individuel de recherche).
Les étudiants francophones (de l’Unistra ou de l’UHA) inscrits dans ces parcours sont obligés de valider au moins 30 ECTS dans une université germanophone (donc : à Bâle ou à Fribourg-en-Brisgau), et inversement pour les étudiants germanophones.
Un stage en milieu professionnel est obligatoire au semestre 4 (6 ECTS), mais peut être effectué à l’endroit de son choix.

Compétences à acquérir

Le diplômé, selon sa spécialité et son orientation professionnelle, sera capable de :
  • assurer un enseignement bilingue (franco-allemand) en histoire ou en histoire de l’art/archéologie auprès d’élèves de collège, de lycée ou de classe préparatoire : préparer les cours, transmettre savoirs et savoir-faire, évaluer les progrès des élèves, se coordonner avec l’équipe pédagogique, impliquer les parents dans le travail éducatif… mener des recherches scientifiques d’excellence, permettant à la science historique d’effectuer des progrès substantiels ; communiquer sur les résultats de ces recherches auprès du public restreint des spécialistes comme auprès d’un grand public intéressé.
  • assurer les acquisitions d’ouvrages dans une bibliothèque, organiser et assurer l’accueil du public, cataloguer les documents, mener une veille sur l’actualité des publications tous supports confondus
  • comprendre et classer un fonds d’archives ou un fonds documentaire, en permettre la consultation sécurisée
  • comprendre des questions d’actualité et transmettre à un public plus ou moins spécialisé l’essentiel des informations et des analyses, sur un support écrit ou oral.
  • assurer la conservation d’objets patrimoniaux (œuvres d’art, objets archéologiques…), en réaliser l’inventaire, en permettre la visite par le public ; mener à leur sujet des recherches scientifiques ; monter des expositions ; établir un réseau international
  • gérer des projets, en formation par exemple, mais aussi dans de nombreux autres domaines : fixer des objectifs, choisir les méthodes, caler un calendrier…
Compétences ou capacités évaluées :
  • Capacité à appréhender de manière critique les phénomènes d'histoire, à en analyser les implications sociales, économiques et culturelles, à les situer dans une perspective anthropologique.
  • Capacité à mener une recherche originale sur un sujet défini, à rassembler les informations nécessaires au traitement de la question, à en évaluer la pertinence scientifique, à synthétiser les enjeux de la recherche, à analyser les données documentaires réunies par ses soins et à en tirer des conclusions pertinentes.
  • Capacité à définir une problématique, développer à partir de celle-ci une recherche documentaire cohérente et pointue en utilisant les instruments appropriés, à l’organiser en répertoires ou bases de données, en assurer la mise à jour, en faire l’analyse et interpréter les résultats acquis.
  • Capacité à rédiger clairement des synthèses, à construire et développer une argumentation, à rédiger un ouvrage sur un sujet donné.
  • Capacité à prendre la parole en public, à préparer des supports d'animation pertinents et à les commenter, à communiquer en restant dans son rôle et en respectant une consigne, à animer un groupe.
  • Capacité à pratiquer au moins une langue étrangère dans la compréhension de la documentation et la communication orale liée à la discipline.
  • Capacité à élaborer un projet personnel et à rédiger un mémoire de recherche (environ 150 pages), notamment dans l’analyse documentaire, la rédaction et la communication.
  • Capacité de synthétiser les résultats d'une recherche et de les exposer oralement ou par écrit.
  • Capacité à organiser un travail d'équipe, à en gérer l'aspect matériel et administratif.
  • Capacité à élaborer une problématique, à en évaluer la pertinence scientifique, à développer une recherche documentaire en utilisant les instruments appropriés (notamment les bases de données) et à construire et à développer une argumentation.
  • Compétences dans le maniement de l'outil informatique spécialisé (Office Pro)
  • Capacité à travailler sur une fouille archéologique, à prendre en charge l’analyse d’un site et d’un lot de mobilier.
  • Capacité à dresser un relevé, à rédiger une analyse hist orique, à faire une restitution, à établir bilan sanitaire, à mettre en place une mesure conservatoire, etc.
  • Capacité à analyser des œuvres d’art (monuments et images) et des représentations figurées
  • Capacité à appréhender de manière critique les phénomènes religieux, à en analyser les implications historiques, sociales et culturelles, à les situer dans une perspective anthropologique.

Contact

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):3

Objectifs du programme

Au sein de l’Université de Strasbourg, l’étude des mondes anciens, c’est-à-dire des sociétés et des cultures de l’Antiquité gréco-romaine, se partage en de nombreuses disciplines différentes mais complémentaires, disposant chacune de sa propre approche épistémologique et de ses propres objectifs (archéologie des mondes anciens, histoire ancienne, philologie classique, philosophie ancienne, histoire du judaïsme et du christianisme antiques suivant une perspective « catholique » ou « protestante »).
Néanmoins, la recherche scientifique montre que l’étude des mondes anciens repose de plus en plus sur des approches pluridisciplinaires, par le croisement et l’interaction de plusieurs disciplines scientifiques complémentaires. L’objectif de cette formation est donc d’initier les étudiants en Master à une approche non seulement pluridisciplinaire, mais surtout interdisciplinaire de l’étude des mondes anciens, en profitant de la richesse de l’offre de formation proposée par les Facultés des Sciences historiques, des Lettres, de Philosophie, de Théologie catholique et de Théologie protestante.
Le croisement et l’interaction des différentes formations disciplinaires, de leurs problématiques respectives et de leurs approches épistémologiques peuvent ainsi offrir aux étudiants qui suivront cette formation des compétences dans l’étude des mondes anciens nettement supérieures à celles qui sont obtenues par chacune des formations disciplinaires prises individuellement, et donner des atouts supplémentaires à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études vers des recherches doctorales, des concours de recrutement de l’enseignement secondaire (agrégations d’histoire ou de lettres classiques), ou des concours des conservateurs du patrimoine (État, collectivités territoriales), tout en leur offrant éventuellement la possibilité de s’orienter ultérieurement vers une discipline différente de leur formation initiale.
Le premier objectif est de donner aux étudiants qui le souhaitent, et qui en ont les moyens, la possibilité de poursuivre en thèse. Avant d’être une perspective de carrière, la recherche est cependant avant tout une formation intellectuelle. Beaucoup d’étudiants sont très sensibles à cet aspect, conscients de ce que se former à la recherche, c’est une école de rigueur, de curiosité, d’inventivité, de gestion d’un projet personnel, de synthèse, d’expression…
Ces acquis sont valorisables dans de nombreux domaines professionnels. En effet, malgré la difficulté croissante de trouver des débouchés dans l’enseignement supérieur et la recherche, des possibilités existent en nombre croissant dans le monde de la culture et du patrimoine (archives, musées, bibliothèques, guide conférencier, médiation culturelle, fouilles archéologiques…), de l’édition, du journalisme…

Compétences à acquérir

Les connaissances visées par ce parcours sont d’abord théoriques : les étudiants acquerront une très solide connaissance du monde antique, dans leur discipline d’origine d’une part, mais aussi dans d’autres disciplines. L’initiation aux langues anciennes et le renforcement des connaissances acquises en langues vivantes facilitera l’accès aux sources et à la recherche au niveau international. La formation vise aussi des connaissances méthodologiques générales :
  • capacité à cerner un sujet, à construire une problématique, à analyser toutes les dimensions d’une question ;
  • capacité à chercher les sources et la bibliographie relatives à ce sujet ; à les comprendre et les utiliser (avec une attention particulière à la maîtrise des langues étrangères) ;
  • capacité à gérer le temps, long, dans lequel doit s’inscrire le travail, de manière à terminer dans les délais voulus ;
  • capacité à construire une argumentation ;
  • capacité à exprimer les méthodes et résultats d’une recherche, tant à l’oral qu’à l’écrit, y compris l’écrit long.
À l’issue de leur formation au sein du parcours du MIMA, les étudiants doivent avoir acquis des compétences spécifiques à l’étude des mondes anciens : acquisition d’un savoir-faire en langues anciennes, études de textes et documents antiques ; des méthodologies de travail dans plusieurs disciplines des études classiques des mondes anciens (archéologie, épigraphie, philologie classique par exemple).
 

Contact

Conditions d'admission

Les conditions d'admission diffèrent selon les parcours (cf. la présentation des 5 parcours de la mention Archéologie).

Publics visés

Les publics visés par la Mention Archéologie sont tout d'abord les étudiants titulaires d'une licence en archéologie et histoire de l'art, mais aussi une licence en sciences historiques et, plus en général, en Sciences humaines.

Pré-requis obligatoires

Licence d'archéologie (ou équivalent). Maîtrise de la langue française à l'écrit et à l'oral, connaissance (à l'écrit et à l'oral) de la langue allemande (niveau B2 minimum), connaissance minimale (initiation) d'au moins une langue ancienne (latin, grec ou autre langue ancienne des mondes de l'Antiquité).

Pré-requis obligatoires

Maîtrise de la langue française à l'écrit et à l'oral, connaissance (à l'écrit) d'au moins une langue vivante étrangère (allemand, anglais, italien…), connaissance minimale (initiation) d'au moins une langue ancienne (latin, grec ou autre langue ancienne des mondes de l'Antiquité)

Pré-requis recommandés

Maîtrise de la langue française à l'écrit et à l'oral, connaissance (à l'écrit) d'au moins une langue vivante étrangère (allemand, anglais, italien…), connaissance minimale (initiation) d'au moins une langue ancienne (latin, grec ou autre langue ancienne des mondes de l'Antiquité)

Débouchés


De nombreux étudiants ayant obtenu leur diplôme de Master en Archéologie arrivent rapidement à s’intégrer chez les partenaires de l’archéologie préventive actifs en Alsace (INRAP, Archéologie Alsace, ANTEA, etc.) avec lesquels l’UMR 7044 Archimède a signé des conventions de partenariat.
Les autres débouchés sont détaillés dans les objectifs de la formation : recherche et enseignement supérieur ; métiers du patrimoine et de la culture (concours des conservateurs du patrimoine, concours d’attaché de conservation, etc.) ; métiers des bibliothèques ; médiation culturelle et guidage ; journalisme spécialisé.
 

Poursuite d'études

Le Master en Archéologie de l'Université de Strasbourg étant un master recherche il permet aussi de déboucher sur une thèse, soit dans un projet de carrière dans l'enseignement supérieur et la recherche (CNRS), soit tout simplement par goût de la recherche. Il sera donc utile de consulter le site de l'UMR 7044 Archimède (Archimède.unistra.fr), de l'Ecole Doctorale Sciences Humaines et Sociales - Perspectives européennes (ed.shs.unistra.fr) et du Collège doctoral trinational (www.collegedoctoral-rhinsup.eu) auxquels les doctorants en archéologie sont rattachés.

Poursuite d'étude

Recherche ; Archéologie préventive ; métiers du patrimoine ; médiation culturelle et guidage ; Doctorat

Codes Rome

  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation

Poursuite d'étude

Recherche et enseignement supérieur.

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur

Poursuite d'étude

Recherche et enseignement supérieur ; archéologie préventive ; gestion de sites archéologiques ; métiers du patrimoine ; architecture libérale

Codes Rome

  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2108 - Enseignement supérieur

Codes Rome

  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2108 - Enseignement supérieur

Codes Rome

  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation

Structure et organisation pédagogiques

La formation en archéologie donnée par les cinq parcours est conçue pour permettre aux étudiants d’élargir progressivement leurs connaissances dans un, voire deux domaines spécifiques (par exemple, archéologie et architecture, archéologie et histoire, archéologie et géomorphologie, etc.) et d’acquérir des compétences professionnelles notamment en ce qui concerne la gestion d’un chantier de fouille ou d’une campagne de prospection, l’étude et la valorisation d’une collection de mobilier, l’étude de documents complémentaires aux ressources matérielles (sources écrites, iconographiques), la publication et la valorisation d’un site ou d’une collection en vue de l’ouverture au grand public. Ces connaissances et ces compétences font partie du socle commun de la mention qui d’ailleurs est organisée, en ce qui concerne les enseignements, autour de séminaires mutualisés entre les différents parcours. De nombreuses passerelles existent entre les 5 parcours et permettent aux étudiants éventuellement de se réorienter pendant les deux années de Master.
Les mutualisations avec le Master interdisciplinaire des mondes de l’Antiquité (mention Histoire) et avec les enseignements de langues anciennes (grec et latin) de la Faculté des Lettres permettent aux étudiants de s’ouvrir à ces matières qui sont essentielles pour la compréhension des civilisations de l’Antiquité. Le parcours Architecture et Archéologie va bien au-delà d’une simple mutualisation puisqu’il s’agit d’un véritable parcours double pour permettre aux étudiants d’acquérir des compétences dans les deux champs disciplinaires. En ce qui concerne le parcours Archéologie de l'Europe moyenne, la mutualisation s’opère avec la Faculté de Géographie notamment pour ce qui est des séminaires de géomorphologie, dendrochronologie, palynologie, et dans le cas de certains cours communs concernant les paléoenvironnements quaternaires (M1). Un stage commun de paléoenvironnement quaternai re, écologie et pédologie est en outre organisé pendant une semaine.
Le passage du M1 au M2 se fait en ayant validé tous les modules de la maquette de première année, sans aucun barrage.



 

Programme des enseignements

Archéologie de l'Europe moyenne

Archéologie des mondes anciens

Architecture et archéologie

Trinational bilingue des sciences de l'Antiquité

Interdisciplinaire des mondes de l'Antiquité - MIMA

Contact

Faculté des Sciences Historiques

9 PLACE DE L'UNIVERSITE
67084 STRASBOURG

Daniela Lefevre