MASTER Histoire

Contenus et types d'enseignement


Selon les parcours, les étudiants suivent deux ou trois séminaires, aux semestres 1 à 3
Tous suivent au moins 18h de langue vivante également aux S1-S3
A cela ajoutent généralement des enseignements de sciences auxiliaires et disciplines complémentaireset des options
L’enseignement en langue étrangère est distinctif du parcours TRISTRA-M sinon il est en français.

 

Connaissances scientifiques à acquérir


 

Description générale du contexte


La mention « Histoire » comportera six parcours :
  • Un parcours « Histoire » généraliste, portant sur l’histoire depuis l’Antiquité gréco-romaine jusqu’à nos jours.
  • Un parcours « Histoire des mondes germaniques », destiné à mettre en avant l’importance des forces strasbourgeoises en matière d’histoire de l’Allemagne et des contrées de langue et de culture germaniques
  • Un parcours « TRISTRA-M », binational, monté avec l’université de Trèves, grâce au soutien de l’UFA
  • Un parcours « Histoire et sciences sociales des religions », grâce à la présence au sein de la Faculté des sciences historiques d’un institut d’histoire des religions
  • Un parcours « Interdisciplinaire des mondes de l’Antiquité » (dit « MIMA »), que l’on retrouve à l’identique dans d’autres mentions (« Archéologie », « Lettres », « Philosophie », « Théologie catholique », « Théologie protestante »)
  • Un parcours « Trinational bilingue des sciences de l’Antiquité»

La mention elle-même est neuve en ce que, dans le précédent quinquennal, l’histoire faisait partie d’une mention « Histoire, Archéologie, Histoire de l’Art », qui comprenait l’ensemble des masters de la Faculté des sciences historiques. À l’usage cependant, les différences de méthodes et de débouchés professionnels sont apparues tellement fortes entre ces trois disciplines qu’elles justifient la mise en place de mentions séparées, ce que permet la nomenclature.
 

Compétences à acquérir


Les compétences transversales comme les débouchés sont très proches d’un parcours à l’autre. Dans tous les cas il s’agit de former des historiens, capables d’analyser un problème historique, de le problématiser, de s’informer sur l’état de l’art, de trouver et comprendre les sources disponibles, de les exploiter et de donner une argumentation détaillée et une synthèse, écrites et orales.
Ces compétences sont valorisables en tant que telles, en particulier dans les métiers de la recherche historique. Elles le sont aussi dans les métiers de gestion de la documentation, aussi bien lorsque celle-ci concerne les sources historiques (archives) que dans les bibliothèques, les centres de documentation proprement dits… Les métiers de la culture et du tourisme, ceux de la communication (journalisme notamment) sont également concernés. Plus largement, la capacité d’analyser et de traiter des dossiers avec rigueur, méthode et précision peut être valorisée dans l’administration générale, dans les secteurs public et privé. À noter que certains de ces métiers sont plus facilement concernés après une poursuite d’étude dans d’autres composantes. C’est le cas aussi pour les métiers de l’enseignement : le concours du Capes est accessible après une licence, dans le cadre d’un master MEEF, mais nombre d’étudiants préfèrent faire précéder celui-ci d’une vraie formation à la recherche. C’est encore plus clairement le cas pour les agrégatifs.
A cela s’ajoutent bien entendu des compétences et débouchés propres à chaque parcours.
Les parcours interdisciplinaires (Religions, histoire et sociétés, parcours Interdisciplinaire des Mondes de l’Antiquité, dit « MIMA ») offrent une très grande ouverture d’esprit par l’initiation à d’autres disciplines et à la pratique de l’interdisciplinarité. Cela ne change pas fondamentalement les débouchés, mais enrichit les compétences intellectuelles.
Le parcours « Hi stoire » est particulièrement adapté, entre autres, aux étudiants qui souhaitent préparer par la suite le Capes et/ou l’agrégation.
Le parcours binational enrichit lui aussi l’esprit, mais, avant tout, bien entendu, par la pratique assidue de la langue allemande et surtout, par là, à la compréhension d’autres méthodes historiques, d’autres méthodes de travail. Ce que permet aussi, mais dans une moindre mesure, le parcours « Histoire des mondes germaniques ».
 
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme


TRISTRA-M, binational, monté avec l’université de Trèves, grâce au soutien de l’UFA

Le parcours Tristra-M prévoit que les 3ème et 4ème semestres sont organisés à Trèves.

 
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):4

Objectifs du programme


Mettre en avant l’importance des forces strasbourgeoises en matière d’histoire de l’Allemagne et des contrées de langue et de culture germaniques
 

Compétences à acquérir


Les compétences transversales comme les débouchés sont très proches d’un parcours à l’autre. Dans tous les cas il s’agit de former des historiens, capables d’analyser un problème historique, de le problématiser, de s’informer sur l’état de l’art, de trouver et comprendre les sources disponibles, de les exploiter et de donner une argumentation détaillée et une synthèse, écrites et orales.
Ces compétences sont valorisables en tant que telles, en particulier dans les métiers de la recherche historique. Elles le sont aussi dans les métiers de gestion de la documentation, aussi bien lorsque celle-ci concerne les sources historiques (archives) que dans les bibliothèques, les centres de documentation proprement dits… Les métiers de la culture et du tourisme, ceux de la communication (journalisme notamment) sont également concernés. Plus largement, la capacité d’analyser et de traiter des dossiers avec rigueur, méthode et précision peut être valorisée dans l’administration générale, dans les secteurs public et privé. À noter que certains de ces métiers sont plus facilement concernés après une poursuite d’étude dans d’autres composantes. C’est le cas aussi pour les métiers de l’enseignement : le concours du Capes est accessible après une licence, dans le cadre d’un master MEEF, mais nombre d’étudiants préfèrent faire précéder celui-ci d’une vraie formation à la recherche. C’est encore plus clairement le cas pour les agrégatifs.
 

Contact

Catherine Maurer

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):4

Objectifs du programme

Histoire depuis l’Antiquité gréco-romaine jusqu’à nos jours.

Compétences à acquérir


Les compétences transversales comme les débouchés sont très proches d’un parcours à l’autre. Dans tous les cas il s’agit de former des historiens, capables d’analyser un problème historique, de le problématiser, de s’informer sur l’état de l’art, de trouver et comprendre les sources disponibles, de les exploiter et de donner une argumentation détaillée et une synthèse, écrites et orales.
Ces compétences sont valorisables en tant que telles, en particulier dans les métiers de la recherche historique. Elles le sont aussi dans les métiers de gestion de la documentation, aussi bien lorsque celle-ci concerne les sources historiques (archives) que dans les bibliothèques, les centres de documentation proprement dits… Les métiers de la culture et du tourisme, ceux de la communication (journalisme notamment) sont également concernés. Plus largement, la capacité d’analyser et de traiter des dossiers avec rigueur, méthode et précision peut être valorisée dans l’administration générale, dans les secteurs public et privé. À noter que certains de ces métiers sont plus facilement concernés après une poursuite d’étude dans d’autres composantes. C’est le cas aussi pour les métiers de l’enseignement : le concours du Capes est accessible après une licence, dans le cadre d’un master MEEF, mais nombre d’étudiants préfèrent faire précéder celui-ci d’une vraie formation à la recherche. C’est encore plus clairement le cas pour les agrégatifs.
 

Contact

Antoine Follain

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):3

Objectifs du programme

Au sein de l’Université de Strasbourg, l’étude des mondes anciens, c’est-à-dire des sociétés et des cultures de l’Antiquité gréco-romaine, se partage en de nombreuses disciplines différentes mais complémentaires, disposant chacune de sa propre approche épistémologique et de ses propres objectifs (archéologie des mondes anciens, histoire ancienne, philologie classique, philosophie ancienne, histoire du judaïsme et du christianisme antiques suivant une perspective « catholique » ou « protestante »).
Néanmoins, la recherche scientifique montre que l’étude des mondes anciens repose de plus en plus sur des approches pluridisciplinaires, par le croisement et l’interaction de plusieurs disciplines scientifiques complémentaires. L’objectif de cette formation est donc d’initier les étudiants en Master à une approche non seulement pluridisciplinaire, mais surtout interdisciplinaire de l’étude des mondes anciens, en profitant de la richesse de l’offre de formation proposée par les Facultés des Sciences historiques, des Lettres, de Philosophie, de Théologie catholique et de Théologie protestante.
Le croisement et l’interaction des différentes formations disciplinaires, de leurs problématiques respectives et de leurs approches épistémologiques peuvent ainsi offrir aux étudiants qui suivront cette formation des compétences dans l’étude des mondes anciens nettement supérieures à celles qui sont obtenues par chacune des formations disciplinaires prises individuellement, et donner des atouts supplémentaires à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études vers des recherches doctorales, des concours de recrutement de l’enseignement secondaire (agrégations d’histoire ou de lettres classiques), ou des concours des conservateurs du patrimoine (État, collectivités territoriales), tout en leur offrant éventuellement la possibilité de s’orienter ultérieurement vers une discipline différente de leur formation initiale.
Le premier objectif est de donner aux étudiants qui le souhaitent, et qui en ont les moyens, la possibilité de poursuivre en thèse. Avant d’être une perspective de carrière, la recherche est cependant avant tout une formation intellectuelle. Beaucoup d’étudiants sont très sensibles à cet aspect, conscients de ce que se former à la recherche, c’est une école de rigueur, de curiosité, d’inventivité, de gestion d’un projet personnel, de synthèse, d’expression…
Ces acquis sont valorisables dans de nombreux domaines professionnels. En effet, malgré la difficulté croissante de trouver des débouchés dans l’enseignement supérieur et la recherche, des possibilités existent en nombre croissant dans le monde de la culture et du patrimoine (archives, musées, bibliothèques, guide conférencier, médiation culturelle, fouilles archéologiques…), de l’édition, du journalisme…

Compétences à acquérir

Les connaissances visées par ce parcours sont d’abord théoriques : les étudiants acquerront une très solide connaissance du monde antique, dans leur discipline d’origine d’une part, mais aussi dans d’autres disciplines. L’initiation aux langues anciennes et le renforcement des connaissances acquises en langues vivantes facilitera l’accès aux sources et à la recherche au niveau international. La formation vise aussi des connaissances méthodologiques générales :capacité à cerner un sujet, à construire une problématique, à analyser toutes les dimensions d’une question ;
  • capacité à chercher les sources et la bibliographie relatives à ce sujet ; à les comprendre et les utiliser (avec une attention particulière à la maîtrise des langues étrangères) ;
  • capacité à gérer le temps, long, dans lequel doit s’inscrire le travail, de manière à terminer dans les délais voulus ;
  • capacité à construire une argumentation ;
  • capacité à exprimer les méthodes et résultats d’une recherche, tant à l’oral qu’à l’écrit, y compris l’écrit long.À l’issue de leur formation au sein du parcours du MIMA, les étudiants doivent avoir acquis des compétences spécifiques à l’étude des mondes anciens : acquisition d’un savoir-faire en langues anciennes, études de textes et documents antiques ; des méthodologies de travail dans plusieurs disciplines des études classiques des mondes anciens (archéologie, épigraphie, philologie classique par exemple).

Contact

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):3

Compétences à acquérir

Identiques à celles développées dans l’ensemble de la mention Histoire, et en plus: compétences à appréhender de manière critique les faits religieux, à en analyser les implications historiques et sociales, à les situer dans une perspective anthropologique, à analyser les questions d’histoire et d’actualité où interviennent des problématiques religieuses (conflits, intégration, radicalisation, conservation de patrimoine, etc.).

Contact

Guillaume Ducoeur

  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

La Faculté des Sciences historiques propose deux parcours de master trinational bilingue (en mention Histoire et en mention Archéologie). Ces parcours de master font partie des missions du groupement de recherche du Collegium Beatus Rhenanus (CBR) qui réunit depuis 1997 les antiquisants des quatre universités partenaires (Strasbourg, UHA, Fribourg-en-Brisgau et Bâle) dans le cadre d’Eucor : https://cbr.unibas.ch/fr/ Ces parcours (en Histoire et en Archéologie) sont adossés à l’UMR 7044 Archimède, dont ils constituent un élément stratégique majeur pour la coopération scientifique transfrontalière développée avec les équipes de recherche de Fribourg-en-Brisgau et de Bâle, dans le cadre du CBR.
Tous les étudiants inscrits dans ces parcours doivent participer aux séminaires de recherche du CBR (en M2, présentation du projet individuel de recherche).
Les étudiants francophones (de l’Unistra ou de l’UHA) inscrits dans ces parcours sont obligés de valider au moins 30 ECTS dans une université germanophone (donc : à Bâle ou à Fribourg-en-Brisgau), et inversement pour les étudiants germanophones.
Un stage en milieu professionnel est obligatoire au semestre 4 (6 ECTS), mais peut être effectué à l’endroit de son choix.

Compétences à acquérir

Le diplômé, selon sa spécialité et son orientation professionnelle, sera capable de :
  • - assurer un enseignement bilingue (franco-allemand) en histoire ou en histoire de l’art/archéologie auprès d’élèves de collège, de lycée ou de classe préparatoire : préparer les cours, transmettre savoirs et savoir-faire, évaluer les progrès des élèves, se coordonner avec l’équipe pédagogique, impliquer les parents dans le travail éducatif…
  • - mener des recherches scientifiques d’excellence, permettant à la science historique d’effectuer des progrès substantiels ; communiquer sur les résultats de ces recherches auprès du public restreint des spécialistes comme auprès d’un grand public intéressé.
  • - assurer les acquisitions d’ouvrages dans une bibliothèque, organiser et assurer l’accueil du public, cataloguer les documents, mener une veille sur l’actualité des publications tous supports confondus
  • - comprendre et classer un fonds d’archives ou un fonds documentaire, en permettre la consultation sécurisée
  • - comprendre des questions d’actualité et transmettre à un public plus ou moins spécialisé l’essentiel des informations et des analyses, sur un support écrit ou oral.
  • - assurer la conservation d’objets patrimoniaux (œuvres d’art, objets archéologiques…), en réaliser l’inventaire, en permettre la visite par le public ; mener à leur sujet des recherches scientifiques ; monter des expositions ; établir un réseau international
  • - gérer des projets, en formation par exemple, mais aussi dans de nombreux autres domaines : fixer des objectifs, choisir les méthodes, caler un calendrier…
  • Compétences ou capacités évaluées :
  • - Capacité à appréhender de manière critique les phénomènes d'histoire, à en analyser les implications sociales, économiques et culturelles, à les situer dans une perspective anthropologique.
  • - Capacité à mener une recherche originale sur un sujet défini, à rassembler les informations nécessaires au traitement de la question, à en évaluer la pertinence scientifique, à synthétiser les enjeux de la recherche, à analyser les données documentaires réunies par ses soins et à en tirer des conclusions pertinentes.
  • - Capacité à définir une problématique, développer à partir de celle-ci une recherche documentaire cohérente et pointue en utilisant les instruments appropriés, à l’organiser en répertoires ou bases de données, en assurer la mise à jour, en faire l’analyse et interpréter les résultats acquis.
  • - Capacité à rédiger clairement des synthèses, à construire et développer une argumentation, à rédiger un ouvrage sur un sujet donné.
  • - Capacité à prendre la parole en public, à préparer des supports d'animation pertinents et à les commenter, à communiquer en restant dans son rôle et en respectant une consigne, à animer un groupe.
  • - Capacité à pratiquer au moins une langue étrangère dans la compréhension de la documentation et la communication orale liée à la discipline.
  • - Capacité à élaborer un projet personnel et à rédiger un mémoire de recherche (environ 150 pages), notamment dans l’analyse documentaire, la rédaction et la communication.
  • - Capacité de synthétiser les résultats d'une recherche et de les exposer oralement ou par écrit.
  • - Capacité à organiser un travail d'équipe, à en gérer l'aspect matériel et administratif.
  • - Capacité à élaborer une problématique, à en évaluer la pertinence scientifique, à développer une recherche documentaire en utilisant les instruments appropriés (notamment les bases de données) et à construire et à développer une argumentation.
  • - Compétences dans le maniement de l'outil informatique spécialisé (Office Pro)
  • - Capacité à travailler sur une fouille archéologique, à prendre en charge l’analyse d’un site et d’un lot de mobilier.
  • - Capacité à dre sser un relevé, à rédiger une analyse historique, à faire une restitution, à établir bilan sanitaire, à mettre en place une mesure conservatoire, etc.
  • - Capacité à analyser des œuvres d’art (monuments et images) et des représentations figurées
  • - Capacité à appréhender de manière critique les phénomènes religieux, à en analyser les implications historiques, sociales et culturelles, à les situer dans une perspective anthropologique.

Contact

Pré-requis obligatoires

Licence d'histoire avec un bon niveau. D'autres formations initiales sont admissibles. Un niveau en anglais suffisant pour accéder à la bibliographie étrangère est souhaitable. L'étudiant doit aussi entrer en master avec un projet de recherche déjà discuté et formalisé ou à discuter avec un enseignant de la formation.

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur

Poursuite d'étude

Poursuivre en doctorat pour accéder à la recherche et enseignement supérieur. Accéder à une formation ou à un concours où l'étudiant utilisera ses compétences en analyse des problèmes, collecte documentaire, traitement des données, critique, rédaction de rapports, de notes de synthèse et d'argumentaires.

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur

Poursuite d'étude

Poursuivre en doctorat pour accéder à la recherche et enseignement supérieur. Accéder à une formation ou à un concours où l'étudiant utilisera ses compétences en analyse des problèmes, collecte documentaire, traitement des données, critique, rédaction de rapports, de notes de synthèse et d'argumentaires.

Codes Rome

  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • E1103 - Communication

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel

Poursuite d'étude

Enseignement secondaire ou supérieur, métiers de la recherche, tout débouché professionnel (éducation, recherche, médias, patrimoine, édition, administration publique, communication, etc.) où une expertise sur le fait religieux et les rapports religion-société peut être un atout.

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K2107 - Enseignement général du second degré

Poursuite d'étude

Enseignement franco-allemand dans des classes bilingues, opérateurs archéologiques en France et dans les pays européens germanophones (Allemagne, Suisse, Autriche), recherche doctorale franco-allemande ou franco-suisse (en cotutelle) dans une des disciplines des sciences de l'Antiquité.

Codes Rome

  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur

Structure et organisation pédagogiques


Le tronc commun regroupe les séminaires de recherche et dans une large mesure les enseignements de langues vivantes et anciennes, sciences auxiliaires…
Le principe est celui de séminaires de recherche organisés chacun autour d’un enseignant-chercheur (plus rarement deux) et d’un projet de recherche. Tous les séminaires sont offerts, à titre principal ou optionnel, dans le parcours « Histoire ». Ceux pour lesquels le thème le justifie sont présents aussi dans les parcours « MIMA » et « Histoire des mondes germaniques ».
Le parcours MIMA concentre logiquement ses séminaires et enseignements méthodologiques sur l’Antiquité ; le parcours « Histoire des mondes germaniques » sur les séminaires relatifs à l’histoire de l’Allemagne et des pays de culture germanique, avec pour la langue vivante une insistance particulière sur la langue allemande.
Un autre élément de singularisation des parcours concerne les liens avec d’autres formations.
Le parcours MIMA offre aux étudiants de nombreux enseignements, y compris des séminaires, en facultés des Lettres, de Théologie catholique, de Théologie protestante et, au sein même de la Faculté des sciences historiques.
Le parcours « Histoire et sciences sociales des religions » dispose d’un parcours quasiment miroir en Faculté des sciences sociales.
Le parcours TristraM prévoit que les 3 ème et 4ème semestres sont organisés à Trèves.
 

Programme des enseignements

Franco-allemand Strasbourg/Trèves (TRISTRA)

Histoire des mondes germaniques

Histoire et civilisations de l'Europe

Interdisciplinaire des mondes de l'Antiquité - MIMA

Religions, histoire et sociétés

Trinational bilingue des sciences de l'Antiquité

Contact

Faculté des Sciences Historiques

9 PLACE DE L'UNIVERSITE
67084 STRASBOURG