Hommage à Pierre Racine

Pierre Racine (1925 – 2021)
Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, Pierre Racine nous a quittés le 9 octobre dernier.
Spécialiste de l’histoire des villes d’Italie du Nord du Xe au XIVe siècle, il avait effectué ses études de lycéen à Dijon, sa ville natale, puis était passé à la résistance en juillet 1944. Il devait par la suite rester profondément marqué par le second conflit mondial, qu’il évoquait peu, mais toujours avec rectitude et une pointe d’émotion. La guerre terminée, il hésite un temps entre une formation en arts dramatiques ou en histoire, mais opte finalement pour la seconde après une année de khâgne au lycée Henri IV. Il poursuit ainsi ses études aux facultés de lettres de Dijon, puis de Strasbourg où il obtient l’agrégation.


Encouragé par Yves Renouard, il entreprend dès 1962 des recherches sur la ville de Plaisance et soutient sa thèse de doctorat d’État, Plaisance, du Xe à la fin du XIIIe siècle. Essai d’histoire urbaine, à l’Université de Paris 1 en 1977 (publiée en 1979). Dans cette vaste synthèse, Pierre Racine reconstitue le tissu social de la ville et son évolution au cours des quatre siècles considérés, retraçant en particulier le glissement progressif du pouvoir des mains d’une aristocratie aux assises foncières établies dans le contado, aux hommes d’affaires qui s’intéressent également aux campagnes environnantes et à leurs productions. Il resta par la suite toujours attaché à Plaisance, dont il devint citoyen d'honneur en 1984, puis édita en 1995 les actes du colloque Piacenza e la prima Crociata. Pierre Racine était aussi Membre de l'Institut lombard, de l'Académie des Sciences Lettres et Beaux Arts (depuis 1979) ; Chevalier de l'Ordre du Mérite italien (depuis 1983) ; membre de la Deputazione di storia patria per le province parmensi (1967) et de l'Ateneo di Brescia (1984).
Auparavant, Pierre Racine avait entamé parallèlement une active carrière d’enseignant, d’abord au lycée français et à l’Institut Français de Fribourg-en-Brisgau, entre 1951 et 1967, avant de devenir assistant en histoire médiévale à l’Université de Strasbourg. Il poursuivit ensuite sa carrière en tant que professeur, d’abord à l’Université de Metz, à partir de 1974, puis de Strasbourg entre 1983 et 1994, date à laquelle il fit valoir ses droits à la retraite.


Au cours de ses années d’enseignement strasbourgeoises, Pierre Racine eut à coeur d’exercer des responsabilités collectives, notamment à la tête de l’Institut International d’Études Françaises, mais aussi en tant que Maire du Palais Universitaire. Il développa en outre dans le cadre de l’Institut d’Histoire du Moyen Âge de l’Université de Strasbourg, un enseignement et une recherche centrés sur l’histoire de la Méditerranée médiévale, perpétuant ainsi une tradition, qui remontait déjà aux lendemains de la seconde guerre mondiale et qu’avaient illustrée avant lui deux autres grands noms de l’historiographie du Moyen Âge : les professeurs Claude Cahen et Freddy Thiriet.


Pierre Racine a en effet dédié une large part de ses recherches à l’histoire des communes lombardes et à leurs relations tumultueuses avec les empereurs germaniques aux XIIe et XIIIe siècles. Il a ainsi contribué à approfondir un pan essentiel de l’histoire urbaine médiévale. Parmi ses principaux ouvrages, se détachent en particulier Federico II di Svevia. Un monarca medievale alle prese con la sorte (1998), Frédéric Barberousse : 1152-1190 (2009) et des manuels de concours, L’Occident chrétien au XIIIe siècle : destins du Saint Empire et de l'Italie (1994) et Les Villes d’Italie, du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle (2004). En outre, lors de ses années d’enseignement à Strasbourg, puis en tant que professeur émérite, poursuivant l’oeuvre de Freddy Thiriet, il a organisé avec Asterios Argyriou plusieurs Symposia Byzantina éclairant différents aspects de l'histoire de Byzance, et en a publié les travaux dans la revue Byzantinische Forschungen (n° XVIII, XXII, XXV, XXIX).


Pierre Racine est aussi l’auteur de très nombreux articles portant sur des thématiques proches, publiés dans des revues notamment françaises et italiennes, ainsi que dans le cadre des congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public. Dans l’un d’eux, paru en 1999, il a également porté un regard critique sur la figure très controversée de Hermann Heimpel, historien nazi ayant enseigné à la Reichsuniversität de Strasbourg entre 1941 et 1945, puis fondateur de l’Institut Max Planck d’histoire à Göttingen.
Retiré de la vie universitaire, Pierre Racine a consacré inlassablement son énergie à rédiger de nouveaux ouvrages parmi lesquels Marco Polo et ses voyages (2012) et Laurent le Magnifique : 1449-1492. Un prince italien de la Renaissance (2015). Bien qu’affaibli par la maladie au cours de ses dernières années, il travaillait encore à une ultime étude relative à la fabrication de la soie en Italie au Moyen Âge.

 

Damien Coulon
MCF HDR Histoire du Moyen Âge